Une journée dans la vie d'un CrossFitter compétitif

A Day In The Life of a Competitive CrossFitter

Rencontrez Libby Bearman, le nouveau membre de la famille Built For Athletes. Elle s'entraîne dur et écrit plus dur - ici, nous apprenons à la connaître, elle et sa formation.

J'ai toujours mené une « vie active » et j'ai apprécié le hockey, le cross-country, le karaté et les OCR en compétition avant de découvrir le CrossFit. J'avais couru vers et depuis une salle de sport commerciale et fait de la musculation quand je suis arrivé là-bas pendant quelques années avant d'assister à un atelier de musculation. J'ai trouvé un PT qui m'entraînait dans l'arraché et l'épaulé-jeté chaque semaine, et l'a fait pendant environ un an, avant de franchir le pas et d'essayer le CrossFit. C'était il y a environ 4 ans.

Maintenant, je suis le programme des athlètes . Et plus précisément, je suis la piste Elite, qui est de 2 séances par jour, 5 jours par semaine. Afin d'adapter les deux sessions à mon travail, je m'entraîne à 6h du matin, puis à 18h, sauf les jours de repos prévus, où je m'intègre généralement à un cours de yoga et à une séance de natation. Je dois essayer d'être vraiment raisonnable avec mon repos et vraiment raisonnable avec mon alimentation, qui est un assez bon équilibre ; quand on glisse, je remarque définitivement la différence dans mon entraînement ainsi que mon humeur !

Je me lève un peu après 5h du matin pour aller au box, je m'entraîne au CrossFit Colchester qui, heureusement pour moi, n'est qu'à quelques minutes en voiture. Je m'entraîne à jeun le matin (enfin, je m'entraîne avec un café noir fort le matin) non pas parce que je crois qu'il y a des avantages pour la santé, mais parce que je ne peux tout simplement pas me lever plus tôt pour prendre un petit déjeuner copieux me descendre avant de m'entraîner. Je garde mon cardio - les EMOM gazeux et les AMRAP bestiaux - pour mes séances du matin, puis quand j'ai besoin de soulever des poids lourds, j'y arrive après avoir fini le travail et j'ai un peu de carburant à l'intérieur moi du petit-déjeuner et du déjeuner… et des collations.

Un regard sur l'alimentation

Je n'ai que brièvement essayé de suivre mes calories, et c'était il y a quelques années. Il m'a fallu un certain temps pour découvrir ce qui me convenait, mais maintenant je sais, je m'assure de bien manger. Je suis une créature d'habitude, alors j'aime m'en tenir à mes plats préférés, au grand amusement de mes amis et de ma famille. Mes collègues de travail sont très amusés par la régularité avec laquelle j'ai mon grand bol de porridge à mon bureau tous les matins ; avec une cuillerée très saine de miel local et une cuillerée encore plus saine de beurre de cacahuète. Ensuite, je complète le tout avec n'importe quel fruit que j'aime - j'aime une myrtille.

Généralement, le déjeuner comprend beaucoup de légumes, du riz ou de la patate douce, et une source de protéines comme du poulet ou du poisson. (Habituellement, le poulet - le poisson n'est pas un choix populaire dans un bureau à aire ouverte !) J'adore le café, mais je me coupe consciemment après le déjeuner parce que je crains que toute cette caféine - et c'est beaucoup - n'affecte mon sommeil. Je grignote des tas de fruits tout au long de l'après-midi parce que j'ai une sacrée dent sucrée… en plus, je pense que cela me donne un regain d'énergie dont j'ai bien besoin / dont j'ai tant besoin une fois que la caféine s'arrête.

Je ne prends pas beaucoup de suppléments. Je comprends que beaucoup de gens sentent qu'ils en bénéficient, mais à part mélanger de la créatine dans mes protéines, je ne prends qu'un multi-vitamines quotidien et laisse tomber de l'échinacée dans mon eau. Je prends des ZMA si ou quand je m'en souviens, mais parce qu'après m'être entraîné un soir, je vais manger un repas très riche en glucides pour m'aider à me préparer pour ma séance matinale le lendemain matin, je pense que le risque d'un coma glucidique fait probablement plus pour m'endormir.

Il ne s'agit certainement pas que de CrossFit...

En dehors de la formation, j'aime lire et écrire. J'ai récemment commencé à tenir un journal, et bien que j'essaie de ne pas me concentrer uniquement sur le CrossFit, j'ai apprécié de pouvoir regarder en arrière et apprendre de certaines de mes séances. Pas nécessairement en termes de nombres ou de schémas de répétitions, mais juste comment je me suis senti pendant et après une séance d'entraînement ; s'il fait noir dans cette caverne de douleur, il peut être cathartique de le renverser sur du papier ! En dehors de ces trucs savants, je me livre à des dessins animés et à des podcasts. Plus c'est idiot, mieux c'est. Je regarderai presque tout ce qui concerne Adult Swim, et j'adore les félicitations de Chris D'elia pour un moment d'oie stupide.


Suivez Libby Bearman sur Instagram : @LiftLikeLibby